Camera Club

Publié le par Ulysse

Après les deux vidéos incroyables dignes de Michel Haneke, voilà enfin Camera Club, l'article, le seul, l'unique pour un lieu intéressant. Chut, silence, on tourne. Tout près de la Neubaugasse. J'arrive avec Anne après avoir pris le chemin des écoliers, après avoir emmené nos petits souliers jusqu'à la Westbahnhof. Nous sommes en retard. Diégo et Milena nous attendent au fond d'un Starbucks sirotant doucement un expresso. Camera Club, c'est l'inconnu. Au gré des pages du Falter qui donne le programme de la semaine, un nom, un lien, un musicien, un site déjanté, nous voilà à la recherche de Manbo Kurt. Clemens connaît. "Er ist verrückt", me dit-t-il en souriant. Le prix de l'entrée est un peu fou aussi. Sept euros. Beaucoup trop pour Vienne. La salle n'est pas très grande, il y a des banquettes, une petite scène, un espace pour danser. Tout le monde attend Manbo et ne prête pas attention au DJ. Pourtant, dans son veston rouge et avec ses petites lunettes, il semble sympathique et, surtout, nous met dans l'ambiance avec des parodies de chansons célèbres. Celle de "these boots are made for walking" de Nanncy Sinatra retient mon attention. En français, je la trouve particulièrement amusante. J'ai trouvé sur internet une version d'une chanteuse dénommée Eileen.  J'ai connu une Eileen, un jour. Une rétaise. Enfin, Aurélien l'a mieux connue. Quant tu me dis que tu n'as pas d'autres pieux / Je sais parfaitement que tu mens. Yeahh, la version originale est dans la BO de Austin Powers aussi. Tout cela ne nous met qu'en appétit, les gens trépignent, quand soudain, apparaît notre allemand. Il vient de Francfort. Et maintenant, c'est toi que je vais faire marcher. Il pourrait commencer comme cela. Avec son piano électrique, il diffuse des musiques très connues. Il les a modifiées à loisir. Chante en allemand ou en anglais, comme bon lui semble. Show Time. Il saute dans la foule, il recherche l'amour. Musicalement l'intérêt est proche de zéro mais l'ambiance est telle que l'on prend beaucoup de plaisir. Des couples improbables se forment. Un  grand homme au crâne rasé et au t-shirt noir danse avec un petit homme avec des boucles d'oreille et des grosses lunettes oranges. Nous, nous sommes assis sur le côté. "Sociologiquement c'est super intéressant", dit Anne. J'enregistre tout, mais je n'ai plus de piles pour le transposer sur l'ordinateur alors il faudra attendre un petit peu pour écouter le concert dans son intégralité...

Ces bottes sont faites pour marcher
Et tu vas l'regretter
Car je mettrai ces bottes
Un jour ou l'autre pour te quitter

Les notes

La beauté des serveuses : 7/20 Quand il y a des serveuses, elles sont moches. Wien ist anders...

Le site Internet de Mambo Kurt : 20/20 Il vaut le coup d'oeil. http://www.mambo-kurt.de

Publié dans Vienne

Commenter cet article